Site Web EMD Recherche simple Recherche avancée jeudi 28 mai 2020 

Document

Article

Titre : INJECTION ET PROTECTION DES ARMATURES DE PRECONTRAINTE
Réf. ATILH n°06092
Source : MONITEUR DES TRAVAUX PUBLICS ET DU BATIMENT
(1973)
Auteur(s) : VENUAT M.
Mots clés : PROTECTION / ARMATURE / CORROSION / FONDS ATILH / BETON PRECONTRAINT / INJECTION / Coulis
Résumé : MONITEUR DES TRAVAUX PUBLICS ET DU BATIMENT, FR., 13 OCT 73, V 70, N 41, 109-13, G.1833
Trois catégories de rupture par corrosion sous tension sont à considérer : la rupture par dissolution généralisée, la rupture de corrosion par piqûre et la rupture par corrosion fissurante sous tension. La protection des armatures se fait principalement par injection d'un coulis dont la composition optimale doit être déterminée en laboratoire ou sur chantier. L'injectabilité dépend de trois facteurs ; la condition géométrique de pénétration, la condition de fluidité et la condition de stabilité. Les autres caractéristiques importantes sont : le temps de prise, la résistance mécanique, le retrait, l'absorption capillaire, la résistance au gel. Les coulis d'injection traditionnels sont constitués de CPA 325, d'eau et éventuellement d'adjuvants, notamment pour une injection de longue durée ou par temps chaud. Un type de coulis mixte (ciment + résine) a été mis au point par le Laboratoire Central des Ponts et Chaussées ; il se présente sous deux formes : coulis pelliculé et coulis activé. L'injection est une opération délicate qui nécessite un certain nombre de précautions et un personnel qualifié. La réinjection des gaines est également une opération délicate et onéreuse.
Langue : Français

André Tardy  © Centre de Documentation @ Ecole des Mines de Douai - 2002-2020