Site Web EMD Recherche simple Recherche avancée lundi 25 janvier 2021 

Document

Article

Titre : LA PRISE ET LA FAUSSE PRISE DES CIMENTS
Réf. ATILH n°07020
Source : MONITEUR DES TRAVAUX PUBLICS ET DU BATIMENT
(1974)
Auteur(s) : VENUAT M.
Mots clés : BETON / CIMENT / FONDS ATILH / Adujant béton / Accélérateur prise / Prise ciment / DURCISSEMENT / RHEOLOGIE / CIMENT PORTLAND / Rapport eau ciment / HYDRATATION / MORTIER / Métal alcalin oxydé / Finesse particule / Phase C3A / Température ambiante / Agent de mouture / SULFATE / Système CAO-AL2O3 / Temps prise / Fausse prise / Retardateur prise
Résumé : MONITEUR DES TRAVAUX PUBLICS ET DU BATIMENT, FR., 27 JUIL 74, V 71, N 30, 73-7, G.2077
De nombreux facteurs influencent les temps de prise du ciment (début de prise compris entre 2h30 et 4h30) et fin de prise comprise entre 4h30 et 7h). Les temps de prise d'un ciment Portland varient avec sa teneur en C3S, en sulfate, en alcalis, avec la finesse de mouture, avec la composition du béton (rapport E/C, nature du sable), avec la présence d'accélérateurs (chlorures, bases alcalines, nitrites, nitrates) ou de retardateurs (hydrates de carbone, acide phosphorique, oxyde de zinc), avec le mode de conservation, avec la température. La fausse prise se caractérise par une brusque augmentation de la viscosité du matériau (pâte pure, mortier, béton) quelques secondes à plusieurs minutes après l'addition d'eau. Le cimentier peut combattre la fausse prise en refroidissant le broyeur, en utilisant du clinker froid, en broyant en circuit fermé ou en ajoutant des agents de mouture.
Langue : Français

André Tardy  © Centre de Documentation @ Ecole des Mines de Douai - 2002-2021