Site Web EMD Recherche simple Recherche avancée vendredi 15 janvier 2021 

Document

Article

Titre : LE CHLORURE DE CALCIUM DANS LE BETON
Réf. ATILH n°08093
Source : PRECAST CONCRETE
(1975)
Auteur(s) : RAMACHANDRAN V. S.
Mots clés : ARMATURE / BETON ARME / CORROSION / Résistance mécanique / FONDS ATILH / Adujant béton / Accélérateur prise / Prise ciment / COMPRESSION / HYDRATATION / Résistance chimique / BETON PRECONTRAINT / CHLORURE / Retrait / Volume / Chlorure de calcium / Résistance sulfate / Temps prise / Fausse prise
Résumé : PRECAST CONCRETE, G-B, MARS 75, V 6, N 3, 149-51, G.2230
La teneur en chlorure de calcium utilisé comme accélérateur ne doit pas dépasser 2 % en poids du ciment, sinon il y a risque de fausse prise. Il est habituellement additionné à l'eau de malaxage ou aux granulats. Il réduit significativement le temps de début et de fin de prise, mais ne permet pas de réduire la quantité d'eau requise et par lui-même ne provoque pas d'entraînement d'air ; il semble que dans beaucoup de cas il augmente le retrait au séchage. L'addition de chlorure de calcium améliore les résistances à la compression de 30 à 100 % dans les 3 premiers jours, mais à 6 mois ou 1 an il les diminue légèrement. Le chlorure de calcium diminue la résistance aux sulfates ; il nécessite l'utilisation de ciments faiblement alcalins, de pouzzolane et de granulats non réactifs pour éviter des gonflements et altérations. Il est à prohiber dans le cas des bétons précontraints et certaines précautions (enrobage des armatures) doivent être prises dans le cas du béton armé, car il dépassive les armatures et entraîne leur corrosion.
Langue : Anglais

André Tardy  © Centre de Documentation @ Ecole des Mines de Douai - 2002-2021