Site Web EMD Recherche simple Recherche avancée lundi 19 avril 2021 

Document

Article

Titre : CONSTRUCTION D'UNE CHAUSSEE EN BETON DANS LE FINISTERE
Réf. ATILH n°08534
Source : CONSTRUCTION
(1975)
Auteur(s) : GUILLERMO A.
Mots clés : BETON / FONDS ATILH / Adujant béton / DOSAGE / Résistance gel / Résistance chimique / ROUTE / Plastifiant / Traitement surface / Joint construction / Entraîneur air / Grave ciment / Retardateur prise / Ouvrage - Fondations
Résumé : CONSTRUCTION, FR., JUIN 75, V 30, N 6, 185-7
A un coût d'investissement initial légèrement plus élevé, la chaussée en béton oppose des frais d'entretien ultérieurs inférieurs à ceux d'une chaussée souple. L'aquaplanning supprimé par striage de la surface, la chaussée en béton est d'une clarté naturelle qui améliore la visibilité, particulièrement adaptée au trafic lourd, d'une bonne résistance au gel et aux agents chimiques et résiste bien aux pneus à clous. La chaussée étudiée a été réalisée en béton non armé, à joints non goujonnés, sur fondation traitée par une machine à coffrages glissants. La fondation de 15 cm d'épaisseur est constituée par une grave de 0/20 mm à 3,5 % de ciment CPAL et un retardateur de prise. Le béton dosé entre 300 et 350 kg au m3 contient des granulats atteignant 40 mm, un entraîneur d'air et un plastifiant ; il est répandu sur une épaisseur de 25 cm. Après quelques heures de durcissement, les joints retrait-flexion sont sciés à la lame diamantée sur 5 cm de profondeur et 4 à 5 mm d'épaisseur.
Langue : Français

André Tardy  © Centre de Documentation @ Ecole des Mines de Douai - 2002-2021