Site Web EMD Recherche simple Recherche avancée jeudi 28 mai 2020 

Document

Article

Titre : LES CARACTERES DU BETON PROJETE MOUILLE
Réf. ATILH n°10252
Source : ANNALES DE L'INSTITUT TECHNIQUE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS
(1976)
Auteur(s) : BERTRANDY R.
Mots clés : ACIER / ARMATURE / CIMENT / CORROSION / Résistance mécanique / FONDS ATILH / GRANULAT / Béton projeté / Adujant béton / Accélérateur prise / DOSAGE / Teneur ciment / Rapport eau ciment / ADHERENCE / Plastifiant / Pompabilité / Alcali réaction / Composition / Fluidité / Système NA2O-SIO2 / HYDROFUGE MASSE / Remplissage
Résumé : ANNALES DE L'INSTITUT TECHNIQUE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS, FR, OCT 76, N 343, SER. BETON-160, 1-10.
Ce béton, appelé aussi béton projeté mouillé à flux dense, présente, dans l'application de la méthode autrichienne de creusement de galeries, des avantages dus à l'absence de poussières, aux faibles pertes, à la possibilité d'obtention de mélanges homogènes,. On ne peut utiliser des mélanges granuleux dont les plus gros éléments excéderaient 8 mm avec les produits concassés et 10 mm avec les produits roulés ; il est préférable d'avoir dans le sable une petite proportion de grains roulés ; on doit rechercher des gravillons à grains cubiques et des sables bien gradués ; le dosage en ciment doit être élevé et jamais inférieur à 400 kg/m3 (dosage optimal entre 450 et 480 kg/m3) ; il faut que la fluidité du béton soit constante pendant l'opération de passage à la pompe et on doit essayer de se rapprocher d'un E/C de 0,5 (et ne jamais dépasser 0,55). Pour obtenir des gains de fluidité ou des réductions d'eau, on a recours à un fluidifiant introduit dans le béton déjà malaxé. L'accélérateur de prise est le silicate de soude 38-40 (soit 36 % d'extrait sec) qui réagit avec la chaux pour donner un gel de CSH amorphe à action hydrofuge ; cet ajout entraîne une diminution des résistances mécaniques et un surdosage est dangereux puisqu'on enregistre des chutes de résistance à la compression, par rapport au témoin sans silicate, de 23, 53, 74 et 95 % pour des ajouts respectifs de 6, 15, 25 et 50 % de silicate, d'où la nécessité de son contrôle qui impose un dispositif de dosage dans le système de projection. Pour éviter le phénomène d'alcali-réaction, l'emploi de granulats à silice réactive est exclu. Par contre ce silicate n'a pas d'action sur le ciment et des essais potentio-cinétiques montrent que la susceptibilité à la corrosion de l'acier est pratiquement nulle. Pour obtenir à la fois une bonne adhérence sur certains fonds et éviter le risque de défaut de remplissage lorsqu'on utilise des treillis, il faut modifier les lances classiques actuelles pour obtenir des effets dynamiques lors de la projection (projection à vitesse variable).
Langue : Français

André Tardy  © Centre de Documentation @ Ecole des Mines de Douai - 2002-2020