Site Web EMD Recherche simple Recherche avancée mardi 26 janvier 2021 

Document

Article

Titre : LES BETONS REFRACTAIRES SOUMIS AU TRAITEMENT ISOTHERMIQUE
Réf. ATILH n°10849
Source : CEMENT, WAPNO, GIPS
(1977)
Auteur(s) : DROZDZ M.
et WOTEK W.
Mots clés : FONDS ATILH / Teneur eau / HUMIDITE / EAU / Béton préfabriqué / TRAITEMENT THERMIQUE / TEMPERATURE / SECHAGE / Réfractaire / Représentation graphique / Hydrate / Système CAO-AL2O3 / Déshydratation / PHASE CAH10 / Phase C3AH6 / Béton réfractaire / CHAUFFAGE ELECTRIQUE / Hydroxyde d'aluminium / Eau libre / Eau combinée / CHAUFFAGE GAZ
Résumé : CEMENT, WAPNO, GIPS, POL, JUIL 77, N 7, 184-9.
D'une durée dépendant de la dimension des produits, le traitement isotherme à 450-600 °C dans des fours chauffés au gaz ou à l'électricité, jusqu'à déshydratation complète (0,5 à 2 % d'eau résiduelle), n'a pas d'effets nocifs ; la courbe d'ATD reste inchangée. Par contre, à 200-300 °C et au-dessus de 600 °C, seule l'eau non liée et une partie de l'eau résultant de la décomposition de CAH10 sont évacuées, avec transformation de CAH10 en C3AH6 et AH. La déshydratation d'AH3 et de C3AH6 désirée ne peut alors se produire qu'après pose des produits dans le four, au cours d'un cycle de traitement lent, avec dégagement de 6 % d'eau. Avant le traitement proprement dit, le séchage du produit doit être effectué avec soin à 100-200 °C (évacuation de l'eau non liée, transformation des hydrates). Les produits traités après un certain temps de stockage (influence de l'air et du CO2) exigent un traitement plus délicat à 600 °C et ne possèdent pas d'aussi bonnes qualités (tendance à l'éclatement). Une courbe du traitement isotherme doit être établie selon la capacité et les dimensions de l'installation. L'utilisation de réfractaire ainsi traité diminue le temps de réparation des fours.
Langue : Polonais

André Tardy  © Centre de Documentation @ Ecole des Mines de Douai - 2002-2021