Site Web EMD Recherche simple Recherche avancée jeudi 4 juin 2020 

Document

Acte de Congrès

Titre : RELATION ENTRE LA CARBONATATION DU BETON ET LES PHENOMENES DE CORROSION DES ARMATURES DU BETON.
Réf. ATILH n°10861
Edition : ? - 1977
Source : : 1977
Auteur(s) : VENUAT M.
et ITBTP
et CATED
Mots clés : ACIER / ARMATURE / BETON ARME / BETON / CORROSION / Métal / FONDS ATILH / Adujant béton / Teneur eau / Rapport eau ciment / HUMIDITE / EAU / BETON PRECONTRAINT / Traitement surface / Carbonation / Imperméabilité / Finesse particule / AIR / OXYDATION / Conservation échantillon / PRODUIT CURE
Résumé : PARIS, RENCONTRES CEFRACOR 77 - ITBTP - CATED - JOURNEES DES 25 ET 26 OCT 77 - LA PROTECTION CONTRE LA CORROSION DANS LE BATIMENT - 14 P. G.2527.
Le CO2 carbonate plus ou moins rapidement tous les constituants hydratés du ciment. La vitesse de carbonatation dépend de l'humidité ambiante, de la teneur en eau du béton, de la nature et du dosage en ciment, de la composition du béton, de sa structure, de son âge et des conditions de conservation. Elle peut être exprimée par la formule x = a racine (t) + b (x en cm, t en années, a et b étant des coefficients variables à paramètres multiples). Pour le contrôle, une méthode colorimétrique rapide donne une image globale du phénomène. La corrélation entre carbonatation et corrosion des armatures peut être établie à l'aide d'éprouvettes spéciales, les armatures étant examinées visuellement ou pesées après enlèvement de la rouille, la carbonatation étant déterminée soit par test à la phénolphtaléine, soit par thermogravimétrie, diffraction X ou radiographie neutronique (profils d'eau), soit par microscopie EB. La conservation initiale a une très grande importance (pulvérisation d'eau ou produits de cure), mais la protection des armatures doit également être assurée par une couche d'au moins 2 cm de béton compact, homogène, suffisamment dosé en ciment et à faible rapport E/C.
Langue : Français

André Tardy  © Centre de Documentation @ Ecole des Mines de Douai - 2002-2020