Site Web EMD Recherche simple Recherche avancée mercredi 27 janvier 2021 

Document

Article

Titre : CUISSON CONTINUE DU PLATRE EN LIT FLUIDISE. 1.2 / KONTINUIERLICHES GIPSBRENNEN IN DER WIRBELSCHICHT. 1.2
Réf. ATILH n°11600
Source : WISSENSCHAFTLICHE ZEITSCHRIFT DER HOCHSCHULE FUR ARCHITEKTUR UND BAUWESEN WEIMAR
Auteur(s) : MITEV DT.
et ROMANKOV PG.
et RASHKOVSKAJA NB.
Mots clés : EQUIPEMENT / FONDS ATILH / HYDRATATION / FOUR LIT FLUIDISE / FLUIDISATION / LIT FLUIDISE / GYPSE / QUALITE / Résistance compression / Sulfate de calcium / Temps prise / FOUR PLATRE / Déshydratation / Hémihydrate de sulfate de calcium / PLATRE / Bilan thermique
Résumé : WISSENSCHAFTLICHE ZEITSCHRIFT DER HOCHSCHULE FUR ARCHITEKTUR UND BAUWESEN WEIMAR, ALL, 1976, V 23, N 4, 393-401 - 1977, V 24, N 4-5, 409-14.
La cuisson du gypse en lit fluidisé est actuellement l'un des procédés les plus efficaces pour intensifier la production. Pour le développement de processus technologiques, il est toutefois nécessaire de définir exactement le domaine d'existence du lit fluidisé et le domaine de stabilité du fonctionnement, qui dépendent du type de construction des appareils et de la vitesse des gaz. Le choix du type de construction des appareils à chargement et déchargement discontinus de la matière est déterminé par les caractéristiques du produit initial, les étapes du traitement (temps de séjour des particules dans la couche), la nature du produit fini, la conduite du processus et les considérations économiques. Les essais réalisés avec un appareil à section croissante et admission des gaz des fentes sur du gypse broyé additionné de différentes quantités d'eau montrent que, pour une vitesse d'apport calorifique inférieure à 1,3 kcal/m2h, un temps de séjour moyen de la matière supérieur à 35 mn et une température d'entrée des gaz de 700-800 °C, le plâtre obtenu a des caractéristiques supérieures à celles du plâtre préparé dans un cuiseur et satisfait dans tous les cas aux exigences de la norme russe des plâtres de construction du premier type (temps de prise et résistances initiales élevés), même pour une température relativement basse de la matière dans la couche (130-135 °C).
Langue : Allemand

André Tardy  © Centre de Documentation @ Ecole des Mines de Douai - 2002-2021