Site Web EMD Recherche simple Recherche avancée samedi 11 juillet 2020 

Document

Acte de Congrès

Titre : Béton autoplaçant exposé au feu / Self-compacting concrete exposed to fire
Réf. ATILH n°43435
Edition : ? - 2003
Source : : 2003
Auteur(s) : BOSTROEM L.
Mots clés : FONDS ATILH / Rapport eau ciment / BETON PRECONTRAINT / TEMPERATURE / Propène polymère / Résistance compression / Ecaillage / PERTE EN EAU / Absorption eau / Structure pores / Béton armé fibre / Eclatement / Poteau / ESSAI FEU / Addition béton / Béton autonivelant
Résumé : Self-compacting concrete. International RILEM symposium. 3, 2003-08-17, Reykjavik, Iceland, Bagneux : RILEM Publications, FRA, 2003, RILEM PRO 33, 863-869, SYM.303
Essai de résistance au feu (mesures de l'écaillage, de la perte en eau libre, de l'évolution de la température interne en onze points) de poteaux (200 x 200 x 2000 mm) précontraints par fils, en béton autoplaçant ou en béton vibré armés de fibres de polypropylène, soumis préalablement aux essais au feu pendant 6 ou 11 mois à une cure en ambiance sèche (température 20 °C, humidité relative 50 %) ou pendant six mois à une immersion dans l'eau. Etude de 16 seize formulations de béton (autoplaçant ou mis en place par vibration) comportant : deux types de ciment (CEM I et CEM II), deux types d'additions (filler calcaire ou filler de silicate), trois valeurs du rapport eau/ciment (0,40 ; 0,55 ; 0,70), trois dosages (0 ; 2 ou 4 kg/m3) en fibres de polypropylène. Utilisation pour les essais au feu, de deux courbes théoriques de montée en température, l'une se référant à la norme EN 1363-1 (1999) équivalente à la norme ISO 834 (1999), l'autre à la norme EN 1363-2 dite " courbe hydrocarbone HC " de vitesse de montée en température plus élevée et comparaison de ces deux courbes théoriques de montée en température avec la température moyenne réelle atteinte par les éléments en béton (mesures pendant 90 min, temps de maintien : 40 min à la température d'environ 1100 °C). Recherche des principaux facteurs influençant les pertes massiques par écaillage au feu, la position de l'isotherme 500 °C dans les éléments, la profondeur de l'écaillage selon la durée de maintien au feu et en particulier : type et formulation du béton, teneur initiale du béton en eau libre, présence et nature des fillers et des fibres, rapport eau/poudre, épaisseur de l'enrobage de béton.
Langue : Anglais

André Tardy  © Centre de Documentation @ Ecole des Mines de Douai - 2002-2020